Vevey sur la carte de l’élite du football suisse, c’est une époque où des jeunes, majoritairement de la région, s’affirment face aux « grands » en 17 ans de championnat national entre 1970 et 1987. L’arrivée de Servette le 8 septembre La finale de la Coupe de Suisse permet d’ouvrir le livre des souvenirs et d’interroger le rôle du club local, qui évolue aujourd’hui en 1ère division (4e division).

Pour les fans du sport Vevey Basket, il y a la Vevey Natation avec la piscine Corseaux Plage, les Galeries du Rivage près de la Place du Marché pour Vevey Basket et le Stade Copet, qui est dédié au football au nord de la ville du quartier de les anciens ateliers de construction mécanique. Le vénérable stand Copet lit toujours « Le Vevey-Sports vous souhaite la bienvenue », tandis que le club est officiellement connu sous le nom de FC Vevey United depuis sa fusion avec Azzurri Riviera en 2018.

«Nous sommes conscients au sein de notre comité que les lettres« VS »de Vevey-Sports sont toujours très présentes dans le cœur des gens. Il est fort possible que le club retrouve son nom dans les années à venir», explique William by Stockalper. Le Valais, ancien junior du FC Sion, est devenu président en 2014. Deux ans plus tard, il a pu célébrer une promotion à la 2e Interliga et mettre fin à une décennie de purgatoire qui a commencé en 2005 quand il a fallu repartir de zéro, presque après la faillite du club.

Des noms et des dates qui changent

«Ce ne sont pas seulement les noms qui vont et viennent, il y a aussi la date d’origine, qui évolue après de nouvelles découvertes dans les archives», sourit William von Stockalper, qui symbolise à sa manière le renouveau de l’économie de Vevey par la direction de une entreprise spécialisée dans l’affichage numérique. Lire aussi : Les clubs de foot doivent-ils quitter les réseaux sociaux ? Ces dernières années, la date de fondation est passée de 1905 à 1899 et est désormais fixée à 1898.

Concernant le nom Vevey United, Jean Christinat, ancien membre du comité et expert de l’histoire du club, se souvient avec tendresse que le club est arrivé à la fin d’une fusion entre le Lémania FC et le Vevey FC dans les premières années de son existence. Tout comme les clubs qui ont été formés à l’étranger à la fin du 19e siècle, il était courant d’avoir des noms en anglais pour les équipes, car ceux-ci étaient souvent formés par des étudiants britanniques présents en Suisse. L’équipe de Vevey s’est même appelée Vevey Young Boys FC pendant un certain temps.

A partir des années 30, les « VS » bénéficient d’un terrain dans le quartier Copet avec une toute nouvelle tribune. Dans la première moitié du XXe siècle, Vevey connaît son premier certificat d’armes lorsqu’il entre en 1ère division (puis 3ème division) en 1936.

En 1948, le club atteint la 2e ligue du championnat suisse (LNB) pour la première fois de son histoire. Expérience de courte durée depuis la relégation au bout d’un an. Il faudra ensuite attendre 10 ans la formation de la Riviera pour recevoir une nouvelle promotion en LNB. Elle réussit à y rester jusqu’en 1964 avant de rejoindre le niveau inférieur.

Inauguration du stand du stade Copet en 1931. [Photo Cornaro – Vevey]

L’entrée dans les «années 60» est marquée par la création de la Vevey Sports Football School en 1961. «À l’heure où chacun soutient de plus en plus les autres, il est important de développer l’aptitude, le goût et l’envie d’activités communes», explique Paul Rinsoz, patron et directeur de la fabrique de tabac Rinsoz-Ormond. Il prendra plus tard les rênes du club, amenant Vevey Sports au sommet avec un autre Paul, dont nous parlerons un peu plus tard …

A lire également

Un entraîneur qui donne un nouveau visage au club

Un entraîneur qui donne un nouveau visage au club

En juin 1970, Vevey s’apprête à reprendre ses activités en participant aux finales de promotion de la 2e division et nie dans un premier temps une confrontation mutuelle contre Moutier. Sur leur pelouse, les joueurs « VS » font leur travail en gagnant 3-1. Voir l'article : PSG : Mauricio Pochettino défend le football français. Ils confirmeront leur domination avec une victoire 3-2. Ici, ils se qualifient pour la finale contre les Nidwalden von Buochs.

Le renouveau de Vevey-Sports porte la marque d’un certain Miroslav Blazevic. Déjà connu comme joueur en Suisse, il s’est vu offrir sa première expérience d’entraîneur en 1968 par les dirigeants de Vevey. Avec lui, les joueurs du Copet Stadium font un pas en avant technique, physique et mental. Il s’occupe à la fois de la 1ère équipe et des juniors.

« C’était comme si nous étions déjà en train de jouer avec la une »

"C’était comme si nous étions déjà en train de jouer avec la une"

«J’avais onze ans lorsque j’ai rencontré Monsieur Blazevic», se souvient Yves Débonnaire. «Nous étions en Junior C avec mon ami Patrick Gavillet et nous l’avons vu atterrir à l’entraînement un jour. Il nous a entraînés d’une manière incroyable pendant un an. Sur le même sujet : Foot: Gianni Infantino monte au front et menace les dissidents. C’était comme si nous jouions déjà avec. Première page (sourire). Le Yougoslave Le football était vraiment en avance à l’époque. Cela reste un merveilleux souvenir, aussi parce que Miroslav Blazevic est devenu plus tard une personne très respectée dans le monde du football. « 

En raison de leurs deux succès face à Moutier, les Veveysans Buochs ​​se sont présentés avec confiance. Cependant, ils ont tout de même perdu 1-0 au match aller, mais pas assez pour faire trembler l’entraîneur, qui pense que son équipe peut passer l’épaule au match retour comme il le dit aux caméras TSR.

Sous une pluie battante, Vevey-Sports montre sa force pour s’imposer 2-0 dans ce dernier match de la saison. Une victoire est synonyme d’avancement dans LNB. Miroslav Blazevic quitte Vevey en 1971 pour Sion, où il remporte la Coupe de Suisse trois ans plus tard. Il devient également champion de Suisse au GC en 1984 et fera un excellent travail lors de la Coupe du monde 1998, où la Croatie prendra la 3e place sous ses ordres. Vevey permettra également à d’autres joueurs de débuter leur carrière d’entraîneur, comme Adrian Ursea et Didier Tholot au début des années 2000.

Après que Vevey-Sports ait failli être promu en Ligue nationale A en 1972, il a atteint la première division lors de l’exercice 1973/74 après une tension folle lors du dernier match de la saison contre Lucerne. Le 1er juin, Vevey accueille l’équipe du centre de la Suisse dans un stade surchauffé de près de 7 000 spectateurs. L’équipe autour de l’expérimenté Ernst Tippelt et l’entraîneur Antoine Cuissard a perdu 1-0 contre Lucerne. Afin de valider son ticket sans terminer un match de support, Vevey doit attendre 10 minutes devant le totomat pour connaître le résultat du match Granges-Bienne. Au final, les deux équipes se partagent les enjeux (2: 2) et la fête peut commencer dans les rues de Vevey.

Le 1er juin 1974, 6 700 spectateurs ont aligné les tribunes Copet pour la LNB Finalissima entre Vevey et Lucerne. [STR – Keystone]

Yves Débonnaire a déjà été représenté à plusieurs reprises dans la 1ère équipe de Vevey Sports à l’âge de 17 ans. En tant que joueur légendaire du club, il a ensuite fait ses débuts dans la LNA à grands pas. Il a marqué son premier but en première division lors d’un match contre Sion en mars 1975. Il a joué avec « jaune et bleu » jusqu’en 1985 avant de passer au FC Sion. Il est donc bien placé pour donner son point de vue sur ce merveilleux séjour à Vevey.

« En 1974, nous avons trouvé des joueurs expérimentés et un transfert retentissant avec Claudio Sulser. Mais nous n’avons pas pu tenir le coup. La relégation a beaucoup fait mal. Je me souviens d’un match crucial contre Mendrisio Star pour rester à la LNB. Le club a ensuite changé de vision. environ.  » Paul Garbani est arrivé en 1978 et progressivement l’équipe s’est structurée de telle sorte qu’elle a de nouveau augmenté dans la LNA en 1981, avec presque uniquement des joueurs issus de leur propre culture. « 

Le duo Paul Rinsoz-Paul Garbani aux commandes

Yves Christen, acteur de longue date et observateur de la vie de Vevey, se passionne pour Vevey-Sports depuis l’arrivée de Blazevic et a par la suite fait partie du comité du club. Lire aussi : Que dit le règlement de la F1 sur la marche arrière en course ? Pour l’ancien syndic de Vevey et du Conseil national, c’est le trio «acteurs locaux – fonctionnaires – soutien aux entreprises» qui a permis à la ville de briller dans le football, mais aussi dans le basket, avec le championnat de double coupe de 1984.

« Nous avons eu la chance de rencontrer l’autre Paul, Paul Garbani. Il avait une philosophie de vie que Paul Rinsoz aimait. Le meilleur moment était celui des deux Paul (entre 1978 et 1985) car ils vivaient pour le football, c’était un vrai passion avec eux. Ils voulaient un football créatif », explique Yves Christen (79 ans).

Un succès avec des joueurs de la région

«Et puis ce sont vraiment les joueurs de la région qui ont créé ce succès. Voir l'article : Anthony Lopes (OL) : « On ne va pas lâcher ». Yves Débonnaire habitait en face du stade, Patrick Gavillet était le directeur de l’école à Vevey, Christian Matthey était le fils du fromager, Jean-François Henry était aussi le gardien de but de le coin Mario Malnati vient du Tessin, mais au final il est devenu plus Veveysaner que le Veveysaner », raconte celui qui a conduit la ville de 1990 à 2001.

Paul Garbani a su trouver de jeunes talents et les développer avec des joueurs plus expérimentés. Dans cette optique, Maurizo Jacobacci arrive à Vevey en 1983 à l’âge de 20 ans après avoir débuté sa carrière chez Young Boys. « Paul m’a appelé et je savais qu’arriver à Vevey m’offrait l’opportunité d’avoir plus de temps de jeu et d’être partant dans LNA. Paul était une sorte de papa, toujours sympathique. C’était aussi la première fois que je pouvais quitter le cocon familial. et découvrir une nouvelle région. Aussi, je lui ai trouvé une chance de s’épanouir aux côtés des Malnati, Küng, Débonnaire ou Diserens « .

Moins de temps pour prendre une décision

L’actuel entraîneur du FC Lugano a ensuite connu une carrière réussie lorsqu’il a déménagé à Neuchâtel Xamax en 1984. Qu’est-ce qui a le plus changé dans le jeu par rapport à l’époque où il jouait sous le maillot Vevey Sports? « C’est certainement la vitesse cognitive. Il y a moins de temps maintenant pour contrôler le ballon, surtout au milieu de terrain. Lire aussi : Le débat – Super ligue : les VIP du foot font bande à part ? Il faut constamment anticiper et savoir quoi faire du ballon avant de l’obtenir. Il l’obtient », note celui qui n’échoue pas pour évoquer son séjour à Vevey lorsqu’il rencontre Yves Débonnaire ou Stéphane De Siebenthal.

« Mais il faut dire que nous avons joué du bon football à Vevey. Nous avons eu des joueurs comme Patrick Gavillet et André Bonato qui ont bien défendu. Yves et Hans Franz avaient une excellente technique à l’offensive », a ajouté Maurizio Jacobacci.

Des points à domicile mais peu à l’extérieur

Vevey Sports a joué dans la LNA de 1981 à 1987. A voir aussi : Trop de foot tue le foot? – DÉCRASSAGE #24 – rts.ch – Sport. A noter que l’élargissement de la Ligue A à 16 équipes sur la même période a permis à des équipes de statut semi-pro comme Vevey de défier le GC tous les week-ends, à Zurich, Servette ou Lausanne.

«A domicile, nous avons obtenu nos points. Quand nous sommes allés au GC ou à la Servette, nous savions que nous marquerions 4 buts», confie Gérard Castella avec le sourire. Le genevois a fait sa première expérience en tant que formateur LNA en entraînant Vevey pendant un an (1985-1986). Il arrive au Copet Stadium pour suivre Paul Garbani, qui se rend à Servette pour devenir l’assistant de Jean-Marc Guillou. « C’était une opportunité incroyable de m’entraîner en première division alors que j’avais 32 ans et que je venais de terminer mes études. Même si c’était difficile, tu es fier de pouvoir te sauver à la fin d’une saison extrêmement difficile. »

Septembre 1985, un moment très difficile

En tant que baptême du feu, Gérard Castella aurait pu espérer quelque chose de mieux. Paul Rinsoz a démissionné de la présidence au début de 1986 pour des raisons de santé. Par conséquent, le club est privé de son principal soutien financier. A voir aussi : Assouplissements: pas de grand changement pour le « foot des talus » neuchâtelois. De plus, toute l’équipe est marquée par «l’affaire Chapuisat-Favre» en lien avec la faute de Gabet Chapuisat sur Lucien Favre lors du match entre Servette et Vevey le 13 septembre 1985. Suite à cet événement, Paul Rinsoz décide de se séparer de Gabet Chapuisat avec effet immédiat, privant Vevey de son meilleur joueur du moment.

« L’affaire Chapuisat-Favre a été terrible pour moi. C’était le pire moment de ma carrière d’entraîneur. Gabet, je l’aimais beaucoup. Il était mon coéquipier à Lausanne-Sport, où nous avons remporté la Coupe de Suisse ensemble en 1981. C’était nous.  » souvent dans la même pièce lors de voyages à l’étranger ou en camps d’entraînement », explique Gérard Castella (67 ans).

Le vestiaire tient grâce aux leaders

«Bien que j’aie essayé de discuter avec le président, je n’ai pas eu mon mot à dire sur cette décision. On m’a présenté un fait accompli. Voir l'article : Tennis Padel Club Soufflenheim : un financement audacieux ! M. Rinsoz m’a dit que c’était sa responsabilité, pas la mienne. Je sais que Gabet était en colère contre moi, mais je ne pouvais pas «ne fais rien», poursuit l’homme qui est désormais responsable de la formation chez Young Boys.

Grâce à la présence des cadres Bonato, Gavillet et Schürmann dans le vestiaire, Gérard Castella parvient à ne pas paniquer et à garder le contrôle de l’équipe afin de la faire entrer en LNA. Cependant, il ne poursuivra pas l’aventure car les ambitions réduites du club n’étaient plus compatibles avec sa philosophie. «Avant même le début du championnat, on m’a dit: le but pour 1987 est de jouer en LNB. Pour ma part, je n’ai pas pu accepter ce discours. Et après ça j’ai voulu me rapprocher de ma famille à Genève aussi, à propos de la naissance de mon fils. « 

Le blues sportif et économique

La deuxième partie des années 80 a marqué la fin de l’apogée de « VS ». L’entraîneur Guy Mathez prendra la tête de l’équipe pendant un an entre 1986 et 1987. Vevey-Sports sera alors relégué en 2e division et en 1991 même en 2e division. Sur le même sujet : Le tacle du lundi – Le foot terroir est mort, vive le foot « terroir-caisse ». Il est ensuite resté dans la première division jusqu’en 2004, puis a fait faillite un an plus tard.

Parallèlement aux difficultés de la structure économique de Vevey à partir de 1989, il y a eu une baisse. Le taux de chômage a atteint 13% en 1993 après la fin des activités des ateliers de mécanique et de Rinsoz-Ormond. Heureusement, avec l’arrivée de Serono et le développement de la biotechnologie, l’usine de Rinsoz, dirigée par Ernesto Bertarelli, va rapidement trouver un nouveau contrat.

Sur le plan sportif, la reconstruction s’est opérée progressivement depuis l’arrivée de William Von Stockalper à la tête de Vevey-Sports. « Je pense que la situation de Vevey dans le football n’est pas défavorable. Il existe une carte pour cette ville dans laquelle se développe un football qui se concentre sur la jeunesse et fait plus pour le football féminin », analyse Yves Christen.

« Bien sûr, nous aimerions avoir plus de Veveysans dans la première équipe à l’avenir. Mais il y a souvent beaucoup de conscrits et seulement quelques-uns. Il y a actuellement 6 joueurs sur une équipe de 23. Le but serait d’accueillir. Suite. » les jeunes et de les encadrer avec 6-7 mercenaires plus expérimentés. En raison de notre situation géographique, nous pourrions à l’avenir aussi donner à d’autres jeunes du Léman ou du Valais l’opportunité d’avoir une chance de percer », souligne William von Stockalper.

Une alternative pour les M21

«Nos réflexions pour l’avenir reposent sur trois points: le changement d’infrastructure au niveau du stade, la promotion en Ligue de promotion (3e division) et le rôle de club d’entraînement. Avec notre présence en Ligue de promotion, nous pourrions offrir une alternative à les jeunes des clubs de Super League U21 dont les horizons sont bloqués. Voir l'article : F1: Verstappen remporte le GP d’Emilie-Romagne. Pour le moment certains hésitent à venir chez nous car nous ne sommes pas dans la même ligue. « 

« Après tout, le club doit maintenant montrer aux autorités politiques de la ville qu’il se développe depuis 10 ans et qu’il peut y avoir un intérêt à investir à nouveau dans le football », a conclu le président de Vevey United.