Le président de la FIFA s’est prononcé sur l’action de la Super League européenne et « ne l’approuve pas ». Les groupes divisés en Europe « devront payer un prix » s’ils se séparent.

« Soit vous entrez, soit vous sortez. Vous ne pouvez pas y aller en deux », a déclaré Gianni Infantino. Il a également souligné la menace légale d’exclure les équipes abusives et leurs joueurs de toutes les compétitions nationales et internationales, sans mentionner les mesures exactes.

Le football européen attend avec impatience le discours d’Infantino au sommet de l’UEFA, qui obligera la FIFA à mettre en œuvre ses sanctions prévues contre les clubs séparatistes. Il a ajouté que « l’augmentation des positions et des chutes est un modèle couronné de succès ».

Le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach, a également condamné cette décision: « Le mannequinat européen est un processus unique basé sur l’ouverture d’une compétition loyale qui donne la priorité aux qualifications sportives. La menace est aujourd’hui confrontée. Guidée par l’usure », a-t-il déploré.

Lire aussi: Un tribunal de Madrid a empêché l’UEFA et la Fifa de toute action pour contester la Super League

Mardi à 12h31 Fixé le mardi à 20h37

La Super League européenne présente ses arguments

La Super League européenne présente ses arguments

Florentino Perez, qui a été placé au sommet de la Super League, a présenté ses arguments face à un comportement inapproprié. Il estime que sans ce projet, « toutes les équipes mourront en 2024 », le jour où le nouveau système de Ligue des champions annoncé par l’UEFA a été annoncé lundi. Le président du Real Madrid a confirmé qu’aucun club n’a mis en place cette nouvelle compétition indépendante pour être exclu de la Ligue des champions. A voir aussi : WTA Stuttgart: Bencic douche les espoirs de Schunk. « Je ne veux pas entrer dans les détails sur les raisons juridiques, mais cela n’arrivera pas. Ce n’est pas possible. »

Sur le même sujet

L’UEFA laisse encore la porte ouverte aux frondeurs

L'UEFA laisse encore la porte ouverte aux frondeurs

L’entraîneur de l’UEFA Aleksander Ceferin a déclaré: « Il est encore temps de changer d’avis », a déclaré l’entraîneur de l’UEFA Aleksander Ceferin aux propriétaires des clubs qui ont fondé l’Association européenne de football. « Vous avez fait une grosse erreur, mais tout le monde a fait une erreur », a-t-il déclaré lors de la réunion du conseil exécutif de l’Association européenne de football. A voir aussi : Super Ligue : la caricature du foot business ? Il a assuré que le procès des séparatistes était « une bataille que l’UEFA ne peut se permettre de rater ».

La Commision européenne n’est pas compétente

La Commision européenne n'est pas compétente

« La Commission européenne n’a pas le pouvoir d’empêcher la naissance de la Super League », a déclaré Margaritis Schinas, vice-présidente. M. Schinas a ajouté: « L’Europe a convenu depuis plusieurs années avec la fédération et l’UEFA de prendre une décision directe. Sur le même sujet : Attaquant et terrien à la fois : comment Stefanos Tsitsipas a façonné un tennis unique en son genre. » Il a ajouté qu ‘ »ils (l’UEFA et les clubs nationaux de football) chercheront des solutions à ces problèmes ».

Les dirigeants politiques se positionnent aussi contre la Super League

La classe politique européenne s’est également fait sentir ces derniers jours pour s’opposer à l’action de la Super League européenne. Voir l'article : Tennis: Fognini disqualifié du tournoi de Barcelone pour injures. Le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre italien Mario Draghi et son homologue britannique Boris Johnson se sont tous levés pour condamner la création du groupe.