«Rébellion», «coup d’État», «guerre ouverte»… pour Daniel Riolo, la menace d’une éventuelle fermeture de la Super League est une véritable bombe pour mettre le monde du football en ébullition.