Après le Valais, Vaud a fait une déclaration au Conseil fédéral. Les signataires veulent plus de liberté tout en proposant des tests avant chaque match.

«Si la formation continue. Nous étions vingt. Après le discours du Conseil fédéral en mars, plus de quinze. Et maintenant, vu que notre situation n’a pas changé en avril, peut-être huit. « Didier Léchaire, deuxième entraîneur de l’équipe du FC Cheseaux, est un protagoniste du football amateur frustré. La région a été déçue lors de son séjour à quai alors que d’autres activités ont pu faciliter et relancer ses actions. Pétition.

Il est venu des pensées et des mains du FC Turc Lausanne. Le concept suit les traces de leurs voisins valaisans, y compris le processus de collecte des signatures dans leurs clubs cantonaux. Objectif: répéter leurs idées pour qu’ils aient la chance d’entendre à Berne. Et leur idée est de permettre aux compétitions amateurs de revoir le jour dans un proche avenir.

Instrument de dépistage de masse

Instrument de dépistage de masse

En tous cas? Définitivement pas. La pétition vaudoise s’inspire essentiellement du modèle espagnol, on nous dit où les joueurs sur les pistes peuvent jouer, à condition qu’ils soient projetés toutes les semaines avant le match. Voir l'article : Tennis: à Sierre, les Valaisans Léo Galliano et Thomas…. « Cette mesure supplémentaire présente également l’avantage d’un outil de dépistage viral massif », a déclaré le club lausannois.

Santé, psychologique, social: les pétitionnaires ont plusieurs avantages dans la manche. Il s’agit d’une comparaison entre les 130000 licenciés stagnants qui risquent à terme de se désintéresser du football, les bénévoles qui remettent en question leur investissement, avec ceux de moins de 20 ans qui peuvent pratiquer leur sport sans restriction s’ils ont tendance à hausser les épaules. , 176 mètres carrés, qui est disponible pour tous les joueurs pendant le terrain de jeu …

A lire sur le même sujet

Le temps presse

Le temps presse

Tous aboutissent à une conclusion: la quête de nouvelles libertés. Il s’agit d’une extension des groupes d’entraînement de quinze à 25 joueurs (toujours sans contact), c’est l’occasion de relancer la compétition. A voir aussi : Attaquant et terrien à la fois : comment Stefanos Tsitsipas a façonné un tennis unique en son genre. « Il est essentiel d’agir rapidement », a déclaré le FC Turc Lausanne, dont le communiqué est présent dans tout le canton depuis le début de la semaine et espère pouvoir le transmettre au Conseil fédéral dans quelques jours.

Pour rappel, Dominique Blanc, président de la Fédération suisse de football, a récemment déclaré au Nouvelliste qu’une décision sera prise cette saison si aucune mesure d’atténuation n’est décidée le 12 mai. Depuis octobre, il n’y a pas eu de décision sur la compétition, ce qui toucherait tous les 1 à 5. En moyenne, il ne manque que quelques rencontres pour confirmer les différents championnats. Ils doivent être contestés avant le 4 juillet, date limite.

Avez-vous trouvé une erreur? Avertissez maintenant.