Tout comme Andy Burnham, le maire de Manchester, il a planifié les événements à Old Trafford.

En tant que légende du football, il souhaite que son pays s’inspire du modèle allemand 50 + 1, qui comprend 51% de la part du club gérée par une entreprise à but non lucratif. Quiconque a vu deux clubs dans sa ville natale essayer de construire une Superligue veut redonner du pouvoir aux fans. «J’ai toujours admiré le modèle allemand, qui protège le comportement des clubs et empêche les entreprises agressives de se déchaîner», a déclaré Andy Burnham à DW. Et si vous suivez cette voie de ne pas vérifier les forces du marché, vous vous retrouverez dans une Superleague. « 

« Nous ne pouvons pas avoir l’exemple allemand ici du jour au lendemain, à cause des différents chemins empruntés par le football anglais », a-t-il poursuivi. Mais nous pouvons souligner la loi allemande ici dans la loi selon laquelle tous les clubs de football anglais doivent avoir [l’approbation de] 51% de l’abonnement avant d’apporter des modifications significatives aux récompenses ou à l’adhésion. L’avenir d’un club. Selon lui, cela peut inclure des décisions impliquant un changement de pitch, de couleur, de drapeau ou de ligues.

C’est une excellente idée qui ne plaira pas aux clubs à part entière. & # xD;