Publié le vendredi 13. Novembre 2020 à 06:18

Mis à jour vendredi 13. Novembre 2020 à 06:25

Disney a continué de gagner du terrain dans le streaming et continue de se positionner comme le principal concurrent de Netflix, ce qui lui a permis de faire référence jeudi à une perte nette de 710 millions de dollars (601,4 millions d’euros).) Au quatrième trimestre de l’exercice 2020. .

À lire: Disney, une galaxie lancée contre Netflix

Les autres activités du groupe californien – parcs d’attractions, production de contenus télévisuels et cinématographiques – sont toujours affectées par les mesures restrictives liées à la pandémie. L’impact de Covid-19 sur les états financiers du groupe s’est élevé à 2,4 milliards de dollars (2 milliards d’euros) au dernier trimestre de l’exercice 2020, qui s’est terminé le 3 octobre.

Déploiement en Amérique latine dans les prochains jours

Déploiement en Amérique latine dans les prochains jours

Le coût sera d’environ 1 milliard (847 millions d’euros) pour 2021, mais tout dépendra du calendrier de reprise, prévient dans un communiqué jeudi Disney, dont le parc à thème californien est toujours fermé. Lire aussi : Hoppy People nommée meilleure brasserie de Suisse par….

Pendant ce temps, Disney +, le dernier concurrent de Netflix et la priorité de Disney. La plateforme nécessite désormais 73,7 millions d’abonnés, contre 57,5 ​​millions à la fin du troisième trimestre.

Lisez aussi: Malgré de lourdes pertes, Disney se porte bien grâce aux services de streaming

« Le vrai point positif est l’activité de service direct aux consommateurs, qui est la clé de l’avenir de notre entreprise », a déclaré Bob Chapek, le PDG, cité dans le communiqué de presse. Lors d’une conférence téléphonique avec des analystes, il a noté que Disney + avait « surpassé (les) prévisions les plus optimistes ».

Recherches populaires

Une réorganisation pour mettre l’accent sur ses plateformes

Une réorganisation pour mettre l'accent sur ses plateformes

«Nous avons distribué ce service dans plus de 20 pays à travers le monde et mardi prochain, nous le lancerons en Amérique latine, en particulier au Brésil, au Mexique, au Chili et en Argentine. Lire aussi : Koh-Lanta 2021 : un choc des ambassadeurs à trois, Fréderic et Hervé éliminés. Ce sera ensuite sur d’autres marchés l’année prochaine », a déclaré le leader.

Les annonces ont fait bondir le titre de plus de 5% dans le trading électronique après la fin de la séance à Wall Street.

«Un an après son lancement, Disney + a atteint les objectifs fixés par Disney, quatre ans plus tôt que prévu», a commenté Eric Haggstrom, analyste chez eMarketer.

Entre le mécontentement du public vis-à-vis des chambres sombres, les éventuels sites de pollution et le succès du streaming avec des consommateurs confinés chez eux, Disney a récemment subi une réorganisation majeure de ses départements médias et divertissement pour se concentrer sur Disney +, Hulu, ESPN + et la future star internationale service.

Lire la suite: Le géant Disney se brise en ligne

Attaque contre les autorités californiennes

Attaque contre les autorités californiennes

Dans le cadre de la nouvelle structure, toutes les activités de distribution et de marketing de contenu créé pour le streaming sur Internet, ainsi que pour le cinéma ou la télévision, seront regroupées dans une seule unité. Cette nouvelle division comprendra la gestion des opérations Disney +. Voir l'article : Disney signe avec Sony pour diffuser ses films pendant 5 ans.

Au quatrième trimestre, le chiffre d’affaires total de la société a baissé de 23% à 14,7 milliards de dollars (12,4 milliards d’euros), touché par les parcs à thème (-61%) et le studio de cinéma (-52%), et Disney a dû reporter la sortie de plusieurs films en raison de la pandémie. C’est toujours mieux que les 14,20 milliards de dollars (12 milliards d’euros) que supposent les marchés.

Sa défaite au cours des trois derniers mois est son deuxième quart consécutif dans le rouge. Disney avait en effet perdu 4,7 milliards de dollars (3,9 milliards d’euros) au troisième trimestre de l’exercice 2020, la première perte depuis 2001.

L’entreprise attribue ces sous-performances inhabituelles aux difficultés des parcs d’attractions. Sans surprise, Bob Chapek a de nouveau attaqué les autorités californiennes jeudi, empêchant toujours la réouverture de Disneyland dans cet état malgré des opérations de pression et de charme de la part du propriétaire de Mickey.