Comme il existe de nombreux films sur Netflix qui valent la peine d’être visionnés, l’éditeur vous guidera chaque semaine pour sécuriser les paris à partir du répertoire du service de streaming d’abonnement (SVoD).

Ce jeudi, nous parlons de Baby Guide et des souvenirs de Marnie – deux longs métrages qui ne devraient pas être décevants.

Quels sont les films conseillés sur Netflix jeudi ?

Quels sont les films conseillés sur Netflix jeudi ?

Articles en relation

Un bon film d’action : Baby Driver

Un bon film d'action : Baby Driver

Bébé est un as de la conduite qui supprime ses acouphènes (à la suite d’un accident de voiture) avec de la musique. Elle donne ses talents aux gangs de voleurs dirigés par son parrain Doc, mais s’efforce de sortir de ce monde au plus vite, ce qu’elle fait après avoir rencontré et séduit une jeune serveuse. Sur le même sujet : Les meilleures mini-séries de Netflix, selon les critiques. Mais avant cela, il est obligé de prendre le coup final …

C’est un projet qui tenait à cœur au réalisateur et auteur de la trilogie Cornetto (Shaun of the Dead, Hot Fuzz, The Last Bar Before the End of the World). Et si Edgar Wright n’a pas d’acouphènes, on pourrait jurer que Baby, le personnage principal, est son alter ego.

Hyperactif, charismatique, créatif, il donne au film une énergie qui se déroule à une vitesse de 100 heures. La grande qualité d’un bébé conducteur est son rythme.

Avec une bande son très excitante, il joue même une carte de synthèse, mélangeant musique et couleurs, ce qui le rend très agréable à regarder et nous plonge directement dans la chanson.

Cela le distingue des autres frissons classiques et des films policiers classiques: tous les personnages semblent être des carburants d’adrénaline, le plus fort étant certainement Bats, joué par Jamie Foxx sur les amphétamines (métaphoriquement).

Contemplation creuse de mettre en danger un jeune dans un monde de danger, où les sentiments n’ont pas leur place. Très beau film que nous recommandons vivement.

Un dessin animé de qualité : Les souvenirs de Marnie

Un dessin animé de qualité : Les souvenirs de Marnie

Un résumé des souvenirs de Marnie A voir aussi : Cinéma : « Raya », le dernier Disney, et le nouveau « Godzilla » vont sortir directement sur petit écran.

Jeune fille timide à la santé fragile, Anna est envoyée dans sa famille éloignée, la campagne, pour se renouveler pour l’été. Là, il découvre « Soodemaja », où il n’y a qu’un seul résident, la mystérieuse fille Marnie …

Il est toujours très difficile pour tous ceux qui travaillent chez Ghibli de se débarrasser de l’énorme aura de Hayao Miyazaki. Le manager de Spirited Away a apparemment condamné le studio à vivre à jamais dans son ombre. ù

Aucun film sorti autre que le sien n’a eu beaucoup de succès, tant sur le plan critique que commercial, et chaque fois que Miyazaki a voulu prendre sa retraite, il a pris sa décision soit par la force (la mort de Yoshifumi Kondo), soit par sentimentalité et insatisfaction (il a été réexaminé sa décision. suite à la sortie de Le Vent se lève en 2014).

Les souvenirs réalisés par Hiromasa Yonebayashi (qu’il a surnommé) de Marnie ne visaient pas à rassurer le maître: l’échec commercial a conduit Ghibli à faire une pause dans sa production cinématographique toujours en cours (à l’exception de l’hybride The Turtle Rouge, où le studio joue principalement un rôle consultatif).

Cependant, c’est un très beau film qui a sa propre identité. Souvenirs de Marnie déjà avec le titre proclamait déjà quelque chose de très « Hitchcock » dans leur contenu.

Et en effet, lorsque la première moitié du film évoque les productions de Hayao Miyazaki (grand-mère, musique, nature … figure), la seconde moitié organise une visite chez Vertigo, Alfred Hitchcock.

La scène finale dans un environnement brumeux et pluvieux, un mystère entourant une belle blonde, associé au nom d’une jeune fille (Marnie, un autre film de Hitchcock), rappelle un chef-d’œuvre d’art passionnant.

Le film, qui accepte les codes occidentaux mais ne nie jamais son identité et sa mythologie japonaise, porte une sorte de réalisme magique qui parle à toutes les générations. Il ne confond pas les premiers fans du studio d’icônes et séduit ses découvreurs.