Vincent, un aventurier dans «Secret Weapons», cherche à posséder sa phrase devenue virale «Je ne veux pas de ça».

Vincent, aventurier des «Armes secrètes», cherche à être propriétaire de sa phrase devenue virale «I don’t want this».

Vincent, aventurier des «Armes secrètes», cherche à être propriétaire de sa phrase devenue virale «I don’t want this».

Ces dernières semaines, Vincent, un analyste financier de 28 ans, s’est démarqué des autres candidats à «Koh-Lanta, les armes secrètes» par sa franchise.

La télévision diffuse régulièrement des phrases ou des expressions qui deviennent cultes. Prenez le “Bonjour, quoi!” Tu es une fille et tu n’as pas de shampoing? “qui est attachée aux chaussures de tennis de Nabilla depuis un certain temps et qu’elle avait présentées à l’Institut national de la propriété industrielle en France. Personne ne peut donc gagner de l’argent sans son consentement.

Au cours des dernières semaines, c’est à «Koh-Lanta, les armes secrètes» qu’un candidat s’est démarqué par sa franchise: Vincent, un analyste financier de 28 ans. Ses sorties préférées sont «Je ne veux pas ça» et «J’attends mon tour, je suis cette fille». Loin d’être aussi puissants qu’un «bonjour» à Nabilla ou des citations de Jean-Claude Van Damme et ces anglicismes sont pourtant devenus viraux sur les réseaux sociaux. Il a donc décidé de le posséder.

«Je parle beaucoup anglais»

Dans une interview pour LCI, Vincent se confie sur l’origine de ces phrases anglaises que les médias appellent «punchlines». “Ce n’est pas difficile, c’est assez improvisé. Dans la vie de tous les jours, je suis comme ça, que ce soit avec mes amis ou même avec ma famille”, dit-il. Vincent dit qu’il vit à l’étranger depuis longtemps – la Chine, la Finlande, l’Espagne, les États-Unis – et qu’il a de nombreux amis internationaux. “Donc je parle beaucoup anglais et je pense que je vais le trouver!” il a dit.

Cela pourrait vous interrésser :   Volley - Ligue A (F) - Mulhouse fête son titre de champion en poursuivant son quasi sans-faute en Ligue A

À propos de la phrase “Je ne veux pas ça!” l’analyste financier dit l’avoir présenté il y a quelques jours. «J’ai vu avec mon avocat faire toutes les démarches pour qu’il soit déposé», a-t-il déclaré.