L’enquête de Mediapart a conduit les dirigeants de Solideo, l’établissement public chargé de la construction des sites olympiques à Paris en 2024, à suspendre trois salariés et à ordonner un audit. La Solideo fait face à une crise interne. Le journal en ligne Mediapart a révélé ce dimanche qu’après avoir envoyé des questions de ses journalistes sur des allégations de propos sexistes, homophobes et racistes à un organisme public chargé de la construction des structures olympiques à Paris en 2024, ses dirigeants ont décidé de suspendre trois employés et de lancer une enquête interne. Les noms de ces trois employés n’ont pas été précisés, mais Solideo a déclaré à Mediapart qu’en fonction des conclusions de l’audit, « des mesures individuelles seront prises le cas échéant et toutes les leçons seront apprises pour renforcer davantage (le dispositif. » Accusations de remarques discriminatoires Selon des témoignages et les informations recueillies par Mediapart, le problème revient à la Direction des relations institutionnelles, de la communication et de la sécurité (Drics). Deux de ses responsables, Benoît Piguet (relations institutionnelles) et Jean-Marc Vidal (sécurité), sont victimes d’allégations de discrimination commentaires, tous formulés par Ils n’ont pas répondu aux demandes de Medipart. Le Conseil général a déjà été alerté «par le passé» et le sujet a été soulevé tant au CSE que lors du conseil d’administration. La Solideo souligne qu’il « sanctions disciplinaires » et « assignations à comparaître » suite à l’enquête Mediapart peuvent inciter ses dirigeants à imposer de nouvelles sanctions tions. lire aussi Solideo prêt pour le travail principal